Introduction

Le principe de la validation des procédures analytiques quantitatives est, aujourd’hui largement, répandu dans tous les domaines d’activités où des mesures sont réalisées. Le champ d’application de la validation analytique s’étend à toute procédure d’analyse utilisée dans le contrôle de la matière première, le développement galénique, le contrôle en cours de fabrication, le contrôle des produits intermédiaires et finis et les essais de stabilité de tous les produits pharmaceutiques. Dans le domaine pharmaceutique, son exigence est avant tout une pratique réglementaire.

La validation est fondée sur une analyse statistique basée sur un certain nombre de critères aboutissant à des méthodes analytiques permettant de donner des résultats fiables.

La validation intervient après les stades de Recherche et Développement du principe actif d’un médicament et la mise au point analytique. Une fois la validation effectuée, le dossier de demande d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) du médicament en question peut être constitué en vue de son utilisation courante.

Notre expertise

ADN possède une expertise en validation de méthodes analytiques.

Cette expertise a été acquise lors de projets réalisés en collaboration avec de grands laboratoires pharmaceutiques. La plupart de nos projets étant réalisés dans le secteur pharmaceutique sont soumis à une forte réglementation (cGMP, FDA).

Voici une synthèse des différents projets que nos consultants ont déjà réalisés en terme de validation de méthodes analytiques :

  • Management d’équipe ( techniciens)
  • Rédaction de plan de validation, protocoles, de rapports et procédures en anglais
  • Résumé de validation pour les dossiers d’enregistrement des médicaments
  • Participation aux activités de laboratoires (Développement, validation)
  • Optimisation de procédures
  • Gestion des écarts/déviations

La validation : Pourquoi?

La validation d’une méthode d’analyse est indispensable afin de garantir la fiabilité et la traçabilité des résultats fournis.

La validation : Aspect réglementaire

Deux guidelines ICH (International Conference on Harmonization)  ont été dédiés à la validation analytique : Q2: «Analytical Validation»

    • Q2A: «Text on Validation of Analytical Procedures: Présente une discussion sur les caractéristiques qui doivent être prises en compte au cours de la validation des méthodes analytiques
    • Q2B: «Methodology» : Son but est de fournir des conseils et recommandations sur la manière d’appréhender les différentes caractéristiques de la validation pour chaque méthode analytique. En outre, le document fournit une indication sur les données qui devraient être présentées dans un dossier d’enregistrement.

SFSTP (Société Française des Sciences Techniques et Pharmaceutiques) présentent les recommandations réglementaires communément admises et appliquées dans l’industrie pharmaceutique nationale et une démarche statistique pour la validation d’une procédure analytique.

Les paramètres de validation

La validation analytique d’une méthode entraîne celle de toutes les procédures qui s’y rapportent et de certains critères imposés par l’Agence du Médicament, définis au moyen de méthodes et de tests statistiques.

La validation d’une méthode analytique consiste à vérifier certains critères :

  • Linéarité
  • Exactitude
  • Fidélité :
    • Répétabilité (intra-laboratoire)
    • Fidélité intermédiaire
    • Reproductibilité (inter-laboratoires)
  • Spécificité
  • Limite de détection
  • Limite de quantification
  • Robustesse

Les paramètres faisant partie de la validation d’une méthode analytique dépendent du type de cette méthode (ICH Q2).

  • Tests d’identification
  • Test limite de recherche d’impureté
  • Test quantitatif de teneur en impureté
  • Test quantitatif de teneur en principe actif (PA)  

Le tableau suivant renseigne les différentes caractéristiques à évaluer en fonction du type de procédure analytique à valider. Cette liste doit être considérée comme un guide et une base de référence. Des exceptions peuvent toujours se justifier au cas par cas. 

Linéarité

C’est la capacité d’une méthode d’analyse, à l’intérieur d’un certain intervalle (domaine d’utilisation), d’obtenir des résultats directement proportionnels à la quantité ou à la concentration de substance à doser.

Le domaine d'utilisation est l'intervalle entre la concentration la plus faible et la concentration la plus élevée dont on a démontré qu'elles pouvaient être déterminées avec une précision, une exactitude et une linéarité acceptables. Ces caractéristiques sont déterminées en appliquant la méthode à une série d'échantillons dont les concentrations en analyte couvrent tout le domaine d'utilisation proposé.

Les études sur la linéarité sont faites simultanément sur le principe actif et sur la forme pharmaceutique reconstituée (c'est-à-dire un mélange de tous les composés correspondants, quantitativement et qualitativement à la forme pharmaceutique à étudier, sauf la substance à analyser qui sera ajoutée en quantité variable) permettant ainsi une comparaison directe des deux linéarités obtenues.

La fonction de calibration est obtenue par régression linéaire, en utilisant la méthode des moindres carrés(on estime la linéarité, la pente, l’ordonnée à l’origine et le coefficient de corrélation de la droite d’étalonnage)

Le test de COCHRAN est utilisé pour démontrer l’homogénéité des variances

Le test de STUDENT est utilisé pour pour démontrer l’existence d’une ordonnée à l’origine

Le test de FISHER SNEDECOR est utilisé pour pour démontrer l’existence d’une pente significative.

D’après les ICH, le coefficient  de correlation (r), l’ordonnée à l’origine (y-intercept), la pente et la somme des carrés résiduels doivent être reportés. Une analyse des résidus peut être utile.

Exactitude / Justesse

Elle correspond à l’étroitesse de l’accord entre la valeur moyenne trouvée en faisant un certain nombre de mesure et une valeur acceptée comme étant conventionnellement vraie ou une valeur de référence.

Exemples :

  • Cas d’un dosage de matière première :

On applique la procédure d’analyse sur un composé dont on connait le degré de pureté

  • Cas du dosage d’un principe actif dans un produit fini

On réalise l’analyse sous la forme pharmaceutique reconstituée contenant des teneurs variables en principe actif à doser

Elle est déterminée par :

  • le calcul des recouvrements individuels par comparaison entre la quantité de principe actif retrouvée et celle introduite
    • Test d’homogénéité des variances (test de Cochran)
    • Test de validité des moyennes (test de Fisher)
  • L’estimation du taux de recouvrement moyen et de son intervalle de confiance

 

Fidélité (ou précision)

La Fidélité représente l’ensemble des caractéristiques de dispersion.

Elle représente l’étroitesse de l’accord entre les résultats d’essais indépendants réalisés dans des conditions déterminées. Elle est mesurée par la dispersion des résultats individuels de part et d'autre de la moyenne et elle est généralement représentée par l'écart-type ou par le coefficient de variation (écart-type relatif) calculé après avoir appliqué la méthode complète de façon répétée à un certain nombre d'échantillons identiques prélevés sur le même lot homogène de produit à analyser.

Elle fournit une indication sur les erreurs dues au hasard : manipulateur, matériel, réactifs préparés etc.…

  • Répétabilité

Toutes les opérations sont refaites dans des conditions minimales de variabilité Elle se rapporte à des essais, de la même grandeur, effectués dans des conditions aussi stables que possibles et à de courts intervalles. Cette mesure de la variation des résultats au sein d'un même laboratoire caractérise la précision obtenue lorsque la méthode est répétée par le même analyste dans les mêmes conditions (réactifs, matériel, réglage, laboratoire) dans un court intervalle de temps. La répétabilité d'une méthode est évaluée en procédant à des déterminations complètes et distinctes sur des échantillons identiques provenant du même lot homogène de produit. Cela permet d'évaluer la précision de la méthode dans les conditions opératoires normales.

  • Reproductibilité

Toutes les opérations sont refaites dans des conditions maximales de variabilité C'est la précision de la méthode lorsqu'elle est appliquée dans des conditions différentes - généralement dans des laboratoires différents - à des échantillons distincts, théoriquement identiques, prélevés sur le même lot homogène de produit à analyser. La comparaison des résultats obtenus par différents analystes, avec un matériel différent, ou à des dates différentes, peut aussi fournir des informations précieuses à cet égard. Elle est généralement évaluée après la soumission du médicament.

  • Fidélité intermédiaire

Les variations étudiées sont en général un changement de jour(en phase clinique).

Ensuite, il est recommandé de changer d'analyste, d'équipement, de réactifs...

Représentation de la Fidélité et Justesse 

Spécificité /Sélectivité

Une méthode est spécifique s’il est possible d’évaluer  la concentration de l'analyte sans interférence de la part des autres constituants de l'échantillon (par exemple, impuretés résultant de la fabrication ou de la dégradation du produit, ou constituants autres que l'analyte, que ces substances soient pharmacologiquement actives ou inertes). La spécificité peut s'exprimer par l'erreur systématique constatée dans les résultats obtenus avec l'analyte en présence des concentrations escomptées des autres constituants, par comparaison avec les résultats obtenus en l'absence de ces substances. Lorsque tous les autres constituants sont connus et disponibles, la sélectivité peut être déterminée en comparant les résultats obtenus avec l'analyte seul et avec l'analyte additionné des substances soupçonnées de provoquer des interférences. Lorsque ces substances n'ont pu être identifiées ou ne sont pas disponibles, on peut souvent évaluer la sélectivité en ajoutant des quantités connues d'analyte pur à des échantillons dans lesquels la concentration des autres constituants est maintenue constante et en déterminant la quantité d'analyte retrouvée.

Exemple : cas des matières premières

Les réactions devront permettre de faire la distinction entre le produits à analyser et les produits de structure proche qui pourraient être présents  

Sensibilité

Capacité d’une méthode à faire la discrimination entre 2 concentrations très voisines.

Elle est représentée par la pente de la courbe d'étalonnage.

Limite de détection

Elle correspond à la plus petite quantité d’une substance à analyser dans un échantillon pouvant être détectée, mais non quantifiée comme une valeur exacte.

Limite de quantification

Elle correspond à la limite à partir de laquelle la méthode est suffisamment précise pour donner une estimation quantitative satisfaisante d’une concentration inconnue de la substance à doser.

Pour établir cette limite, on peut, par exemple, analyser des échantillons contenant des quantités décroissantes et on détermine le niveau le plus faible pour lequel l'exactitude et la précision restent acceptables.

Robustesse

La robustesse est la qualité d'une méthode capable de donner des résultats d'une exactitude et d'une précision acceptables dans des conditions diverses. Elle permet d'évaluer dans quelle mesure les résultats obtenus sur des échantillons distincts, théoriquement identiques, prélevés sur le même lot homogène de produit à analyser, subissent l'influence des changements apportés aux conditions opérationnelles ou environnementales, dans la limite des spécifications établies pour la méthode.